Perso + MUST : Ce qui se cache derrière les mensonges de Benjamin Netanyahu et les esquives du Hamas, par Thierry Meyssan

Afin d’apprécier pleinement cet article du brillant Thierry Meyssan, en voici le contexte :

« Pour revenir au fondateur des Frères Musulmans Hassan el-Bana, lorsqu’il fut assassiné en 1949, probablement par les services du roi Farouk qui emprisonnèrent ensuite ses lieutenants, les services secrets britanniques et U.S. ont pris le contrôle de cette coquille vidée de sa substance qu’était devenu la confrérie. Depuis la parution de “L’effroyable imposture” au début 2002, Thierry Meyssan est devenu le géopolitologue le mieux informé sur le Proche-Orient où il s’exila depuis. Or, il explique dans son prochain livre “Sous nos yeux” que depuis le début des années 1950, les Frères Musulmans furent utilisés par les services secrets anglo-saxons pour se débarrasser des personnalités musulmanes qui leurs résistaient. Puis, dans les années 1980 les Frères formèrent le gros des troupes mercenaires des U.S. contre les Soviétiques. Dans les années 1990, ils les incorporèrent à l’OTAN avant de tenter de les mettre au pouvoir dans les années 2010 dans les pays arabes. Avec l’Ordre Soufi des Naqshbandis, les Frères Musulmans sont financés par le pouvoir saoudien à hauteur de plus de 80 milliards de dollars annuel, ce qui constitue une des plus importantes armées au monde. Ce dispositif militaire encadre la totalité des leaders jihadistes, affirme Meyssan qui expose un peu plus loin la carrière de Recep T. Erdogan.
(…)
Cédric buvait les paroles de Raskate qui rajoutait encore du sens à celles de son oncle qui lui avait appris que les Frères Musulmans depuis l’Egypte téléguidaient dés 1945 l’indépendance algérienne pour le compte des pétroliers Anglo-U.S. Il prêta une oreille d’autant plus attentive au monologue de Raskate dont la pensée n’était pas toujours facile à suivre de par ses multiples ramifications. – Donc, après Londres c’est Washington qui prit le relais du MI6, et aujourd’hui les Frères Musulmans opèrent main dans la main avec la CIA. J’en veux pour preuve qu’après trente ans de pouvoir abusif en tant que pion des U.S., Hosni Moubarak fut remercié de ses services par Washington, qui activa pour cela les manifestants de la Place Tahrir afin de le virer il y a plus d’un an. C’est ainsi qu’Hillary Clinton en personne fut envoyée au Caire pour intrôniser le Frère Musulman Mohamed Morsi, un bi-national Egyptien-Etats-Unien, qui avait fait carrière comme ingénieur à la NASA. Ce soi-disant “Printemps Arabe”, qui n’était autre que celui de la CIA et d’Israël réunis, avait pour but de mettre les Frères Musulmans à la tête des états laïcs d’Afrique du Nord et du Proche Orient, selon le plan sioniste dévoilé par Oded Yinon dans son livre “A strategy for Israel in the Nineteen Eighties” publié au début des années 1980. Il y expliquait comment allait se mettre en oeuvre ce que les pères fondateurs du Sionisme avaient décidé au début du 20e siècle en morcelant en petites entités les états-nations apparus à la chute de l’Empire Ottoman. Ceci pour aboutir à la création du “Grand Israël” allant du Nil à l’Euphrate, comme illustré par le drapeau d’Israël dont les deux bandes bleues horizontales représentent ces deux fleuves de part et d’autre de l’étoile de David, ou sceaux de Salomon.

(…)

C’est donc un plan mûrement calculé depuis des lustres que celui du Grand Israël reposant sur la dislocation des états-nations du Proche-Orient. Pour y parvenir il fallait diviser les populations des républiques laïques baasistes inspirées par la Révolution Française, telles que la Lybie et la Syrie, en fomentant une montée de l’Islam fondamentaliste ne reconnaissant pas d’autre constitution que le Coran. Pour ce faire, il fallait offrir pour seul alternative soit les Frères Musulmans apparaissant comme modernes, soit l’option fondamentaliste wahhabite initiée mi-18e par Muhammad ibn Abd al-Wahhab. Ce qui, suite à l’alliance religieuse et politico-militaire scellée par un mariage entre les familles Wahhab et Séoud avait donné lieu à un premier royaume wahhabo-saoudien dés le 18e siècle. Or, le plus troublant est d’apprendre que les fondateurs respectifs du Wahhabisme et de la dynastie des Saoud sont tous deux d’origine juive… »

extrait d’ Eveilleurs de l’Aube #1 Remise en Question © Salik de Bonnault

https://www.voltairenet.org/article220060.html

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.