Accueil

« Vous ne changez pas les choses en combattant la réalité existante.
Pour changer quelque chose, construisez un nouveau modèle qui rend le modèle existant obsolète. »
Buckminster Fuller

Rétrospective à propos du Guetteur de l’Aube

Alors que selon George Orwell (1903-1950) « En des temps de mensonge universel dire la vérité est un acte révolutionnaire », comprenons bien qu’il s’agit aujourd’hui d’une révolution spirituelle, qui commence à l’intérieur de chacun par la remise en question des fondements même de nos systèmes de croyance fondés sur des mensonges institutionnalisés.

La crise du Covid est un formidable accélérateur de prise de conscience confrontant chacun à ses priorités, ce qui effectue un tri drastique entre ceux qui se soumettent à la fabrique du consentement et ceux qui y résistent…

Vous êtes probablement de ceux-là, et si tel n’est pas le cas soyez néanmoins les bienvenus pour prendre en marche le train de l’évolution vibratoire !

« Si vous souhaitez comprendre l’univers, pensez en termes d’énergie, fréquence et vibrations.» affirmait Nikola Tesla il y a plus d’un siècle.

En effet, ce site a vu le jour avec le lancement été 2007 du magazine Guetteur de l’Aube en tant que revue de presse thématique de la presse alternative pour contrer la manipulation sociétale basée sur la distorsion de la réalité véhiculée par les mass-media.

« Les média sont les entités les plus puissantes sur Terre. Ils ont le pouvoir de rendre les innocents coupables et de faire des coupables des innocents.

Et c’est ça le pouvoir.

Parce qu’ils contrôlent l’esprit des masses. » Malcom X

A défaut de disposer du nerf de la guerre pour contrer cette guerre de l’information qui nous est livrée par les tenants du Nouvel Ordre Mondial, votre serviteur fut contraint de jeter l’éponge après cinq numéros et tira sa révérence avec un numéro porteur d’espoir annonçant la « Nouvelle Planète ».

La couverture de ce n°5 (chiffre du changement) n’était autre que le tableau de la peintre-poète inspirée Marie-Hélène Besson (Ed. ALTESS-Paris) représentant la Terre-mère enceinte de la nouvelle humanité. Ce tableau d’une haute qualité vibratoire ayant pour titre « L’Annonciation » apparaît dans la section « Archives » de ce site, ainsi que les couvertures des précédents numéros avec mes éditoriaux et articles.

Le burn-out qui suivit le dépôt de bilan du Guetteur de l’Aube en mars 2011 par manque de moyens financiers m’avait laissé exsangue financièrement et physiquement, mais pas mentalement, ce qui me permit de revenir à mes chères études. Ceci donna lieu à un essai critique historique « 2012, bas les Masques, la Vérité nous libèrera en route vers l’Unité ». Je l’envoyais au début de l’été 2011 à une courageuse éditrice du Québec, qui en dépit de son appréciation (en caractères majuscules) me signifia aussitôt son refus car sa publication nous aurait entraîné devant les tribunaux…

Aussi, alors que mes éditoriaux de chaque numéro du magazine étaient disponibles dans la section « Archives » de ce site, je décidais d’écrire mon premier édito exclusivement en-ligne sur cette page d’accueil et j’offrais en téléchargement libre mon essai historique.

C’est ainsi que totalement exténué, je suis passé underground et cessais d’alimenter ce site (parvenant tout juste à payer annuellement son maintien on-line) dont le contenu demeura inchangé depuis l’été 2011.

Je suis donc heureux de ce retour online me permettant de donner ici de mes nouvelles à mes lecteurs parmi les 500 abonnés et 120 points de vente sur les 2/3 du territoire français (magasins Bio et librairies ésotériques) maintenant que je suis de retour en selle avec la publication de mon roman-vérité « Eveilleurs de l’Aube #1 Remise en Question » (632p), présentée en haut à droite de cette page d’accueil.

Pour m’être consumé de l’intérieur (inflammation générale : 4 ans de kinésithérapie 2 fois/semaine pour tendinites, et une fois/semaine depuis), je tiens à rappeler à ceux qui traversent un burn-out que le plus important est d’être en vie, et de garder à l’esprit que « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort » comme le soulignait Friedrich Nietzsche !

C’est ainsi que j’ai appris la patience qui n’est pas dans ma nature, comprenant que je devais passer par là pour apprécier la chance qui était la mienne d’avoir conservé la tête droite. Ce, grâce au filet de sécurité de l’aide sociale et la prise en charge de mes frais médicaux.

Que mes concitoyens soient ici remerciés pour leur soutien via les impôts.

D’où le bon usage que je me devais d’en faire, considérant cela comme une bourse de recherches pour découvrir comment notre monde était tombé si bas !

Car il s’agit bien d’identifier comment fut mise en place cette distorsion de notre perception de la réalité afin de conditionner nos esprits, au point de nous soumettre à ce contre quoi nos ancêtres auraient résisté en un temps où l’ennemi était encore identifiable…

C’est exactement ce qu’expose « Eveilleurs de l’Aube #1 Remise en Question » ! 🙂

Ce mensonge historique remonte fort loin et il est tellement profondément enraciné dans nos esprits que cela a gangréné l’inconscient collectif au fil des siècles, comme me l’ont démontré mes recherches en Histoire entamées en 1998, après quatorze ans de voyages (tour-leader sur quatre continents) afin de comprendre comment nous en étions arrivés là…

« Il y a deux histoires, l’histoire officielle menteuse et l’histoire secrète où sont les véritables causes des évènements » Honoré de Balzac

Ce que je commençais à vérifier de 1998 à 2002, alors que j’achevais la rédaction du digest historique « Du Big-Bang à Internet » (non-publié) qui m’amena à mettre des effets de loupe sur certains évènements historiques occultés par l’histoire officielle, alors qu’ils étaient déterminants pour la compréhension de ce qui s’ensuivit. C’est pourquoi en 2005 j’en savais trop pour me taire, et ne voulant pas être complice par mon silence je montais au créneau avec un triptyque de conférences délivrées durant l’hiver 2005, ce qui allait donner naissance au projet du magazine Guetteur de l’Aube. Dont le N°1 sorti début août 2007 présentait Nikola Tesla et sa mise en évidence de l’Ether comme source d’énergie libre et gratuite dès la fin 19e siècle. Mais aussi, parce que ce numéro inaugural mettait un coup de projecteur sur les malversations de Big Pharma, la Commission Paritaire des Publications et Agences de Presse (sous l’égide de cinq ministères) me refusa l’agrément auquel ont pourtant droit les magazines de guerre et revues porno…

Cette simple formalité donnant droit à une réduction de la TVA de 19,6% à 2,2% et à l’obtention du tarif réduit de 75% des envois postaux aux abonnés et magasins distributeurs, qui est essentielle au décollage d’une revue apparaît alors comme l’ultime forme de la censure d’état. Je savais à quoi je m’exposais, c’est bien ce que j’ai répondu à Sylvie Simon s’excusant d’avoir contribué à ce rejet de la Commission Paritaire par son article à charge contre Big Pharma dans ce N° 1. Cette remarquable résistante face à la criminelle industrie pharmaceutique paya de sa vie quelques années plus tard en publiant « Ordre et Désordre », soulignant le désordre dans la santé causé par l’Ordre des Médecins, couronnant ainsi une douzaine de livres dénonçant Big Pharma.

Sylvie Simon avait mis le pied à l’étrier à la non moins courageuse Claire Séverac, qui après sa carrière d’auteur-compositeur en Californie cosignait avec elle « La Coupe est pleine. Nos enfants sont plus précieux que le CAC 40 » suivi de « Complot Mondial contre la Santé » avant de sortir l’ouvrage qui lui fut fatal « Guerre secrète contre les Peuples », dénonçant le HAARP et les Chemtrails qu’elle avait vu débuter aux US.

Hommage leur soit ici rendu car elles furent toutes deux un modèle pour nous tous.

 

Remise en question

C’est pour être moi-même passé par une remise en question personnelle ininterrompue depuis les années 1980, que j’ai été progressivement contraint de « détricoter » mon système de croyances. C’est seulement à l’aube de ce millénaire qu’en remontant le fil de l’Histoire en quête de vérité historique j’en suis venu à revisiter l’origine de l’Homme. Ce qui m’amena à réaliser combien j’avais moi-même contribué en toute bonne foi à la diffusion de ces mensonges officiels, car fruits avariés du très darwinien arbre de l’évolutionnisme encore triomphant dans les milieux académiques, et par conséquent dans la plupart des esprits…

En effet, je vivais au Kenya à la fin de la première moitié des années 1980 où je suivais les conférences du paléontologue Richard Leakey, fils de Louis & Mary Leakey à l’origine des premières découvertes de pré-Hominidés dans la Grande Vallée du Rift est-africain. Adolescent il accompagnait ses parents à dos de chameau dans les zones désertiques du Nord-Kenya, vers le lac Turkana dont la rive nord est éthiopienne. C’était dans une salle du Nairobi National Museum créé par ses parents que Richard Leakey s’exprimait devant une assistance modeste, avec derrière lui une reconstitution de Lucy (squelette d’Australopithèque Afarensis féminin de plus de 3 millions d’années) découverte en Ethiopie dix ans plus tôt.

C’est ainsi que je partageais avec mes clients de safaris les dernières découvertes concernant la théorie évolutionniste du « chaînon manquant » dans la Grande Vallée du Rift.

Après avoir observé les rapports de force inter-ethniques prépondérants en Afrique, de retour en France l’ex-voyageur aventureux que j’étais devenait tour-leader sur quatre continents, ce qui allait élargir mon regard à la géopolitique de terrain durant une douzaine d’années, avant de poser le sac et entreprendre mes recherches en Histoire en 1998. Découvrant alors combien c’est exactement comme pour l’iceberg, dont seuls les 10% émergés sont étudiés de l’école à l’université, soit une infime partie, fort trompeuse de surcroit…

C’est ainsi qu’après la faillite du Guetteur de l’Aube et à défaut de pouvoir faire publier mon essai historique critique durant l’été 2011, je fus contraint de passer par la fiction pour faire connaître la vérité. Alors que je n’avais pas dépassé le stade de la nouvelle lors de mes cours de Technique de Récit à l’Université Paul Valéry de Montpellier, je me lançais à l’automne 2011 dans l’écriture d’un roman-vérité de plusieurs centaines de pages.

Ainsi, je me suis pleinement consacré à la recherche-écriture m’amenant à me départir au fur et à mesure des couches de mensonges historiques, qui nous furent imposées au fil des millénaires par les vainqueurs écrivant l’Histoire.

Habitué à penser hors du bocal, j’ai pu alors commencer de connecter les pièces du puzzle allant de la paléontologie à la géopolitique en passant par la physique, la santé, la biologie, l’anthropologie, l’ethno, la psycho, la socio, la philo, la cosmologie et l’exopolitique. Sans oublier l’étude des religions comparées et la théologie, démontrant comment les religions vrillèrent l’enseignement des authentiques Inspirés. Pour le plus grand profit de leurs clergés respectifs, s’accaparant ainsi les aspirations spirituelles de l’humanité. D’où le 1er chapitre d’Eveilleurs de l’Aube rendant hommage aux Cathares en tant qu’authentiques disciples non-violents du Maître Jésus-Christ, raison pour laquelle ils furent massacrés par l’Eglise pour des raisons politiques lors de la première croisade en terres chrétiennes durant la 1ère moitié du 13e siècle dans le sud de la France.

C’est ainsi que je fus amené à comprendre que Juifs, Chrétiens et Musulmans avaient été victimes d’une mauvaise interprétation des dessins en ronds de bosse des tablettes sumériennes lorsqu’elles furent transcrites en écriture cunéiforme babyloniennes. Puis mal traduites par les scribes juifs lors de l’exil à Babylone de 587 à 558 avant J.-C.

C’est sur cette fausse interprétation de la Genèse (premier des livres constituant la Bible) que furent fondés les pouvoirs politiques issus des religions du Livre. D’où la nécessité de nous référer avant tout à notre dénominateur commun : nous sommes avant tout des âmes incarnées sur Terre. Raison pour laquelle en tant qu’enfants de la Terre-mère nourricière, nous Terriens, sommes tous frères et sœurs ! 🙂

« Il n’est pas de religion supérieure à la vérité » Helena P. Blavatsky

Ceci étant posé, cela serait une grossière erreur que de juger les hommes du passé depuis notre perspective moderne, partant du principe qu’errare humanum est, i.e. l’erreur est humaine…

En ajoutant aussitôt la fin de cette maxime latine sed perseverare diabolicum est : mais persévérer est diabolique !

 

Eveilleurs de l’Aube

Après vingt-sept mois de gestation, j’accouchais fin 2013 d’une première mouture de ce roman-vérité en autoédition, qui demeura sous la ligne radar au fil des moult ajouts et remaniements justifiant de multiples éditions in progress en Français, puis en Anglais (angliciste de formation) afin de toucher le public international auquel cette real-fiction est destinée car elle lève le voile sur des vérités portant sur les cinq continents plus l’Antarctique.

Aussi, j’éprouve un grand soulagement d’avoir pu mener à bien ma mission de chercheur de vérité en vous proposant cette ultime version de ce 1er tome « Eveilleurs de l’Aube #1 Remise en Question » (632p), présentée en haut à droite de la page d’accueil. En cliquant sous le livre  vous avez accès à un beaucoup plus long extrait que sur Amazon, où vous pouvez le commander en cliquant sur la couverture. Vous prendrez alors la mesure de ce que signifie l’expression Pilule Rouge au moyen de citations explicites, révélant combien nous avons été diaboliquement instrumentalisés depuis des millénaires, au point qu’aujourd’hui la survie de notre espèce soit en jeu …

C’est un scénario-prétexte avec des dialogues entre des personnages fictifs délivrant un grand nombre de vérités cachées, la plupart étant interdites. Il est destiné à ceux dont la curiosité les pousse à la découverte de la vérité dont les marionnettistes sont parvenus à nous faire croire qu’elle n’existait pas, nous faisant croire que « c’est chacun sa vérité » …

En effet, la vérité est relative à notre niveau de conscience ! 🙂

D’où la nécessité impérative d’élever celui-ci pour accéder au regard englobant de l’aigle que mon maître soufi nous incitait à cultiver. Car, tel ses nobles ancêtres indiens il pratiquait l’art de la fauconnerie et regardait extatique voler son aigle royal des Hautes-Alpes que lui avait offert dans les années 1980 le garde-forestier Pierre Pouderoux à St Véran. Que j’aurai quelques années plus tard la chance d’avoir pour voisin dans ce plus haut village d’Europe (2040m), où « j’atterrissais en parapente » en 1988. 🙂

Cette métaphore pour souligner à quel point embrasser la Big Picture est indispensable à la compréhension de la réalité multidimensionnelle dans laquelle nous évoluons à notre insu. Je fus aidé en cela par mon animal de pouvoir qu’est l’aigle, comme je l’appris au cours d’un voyage chamanique guidé par un chaman d’Amérique du Nord en 2008.

Depuis 2005 je savais que ma signature galactique selon le Synchronomètre des 13 lunes des Mayas (zodiac méso-américain) est Aigle Bleu, dont la caractéristique est crée la vision.

Je ne pouvais donc échapper à cette empreinte…  🙂

Après avoir reçu une bonne décharge de Supra-Mental envoyée par Sri Aurobindo à la suite d’un soin donné par une de ses disciples en 2011, je puis vous affirmer qu’en effet, nous sommes de plus en plus nombreux à accueillir par résonnance vibratoire cette puissante énergie annoncée en 1948 par Sri Aurobindo, un Eveilleur de l’Aube majeur auquel rend hommage mon ouvrage éponyme.

Néanmoins, je ne puis que répéter l’antique constat de Socrate « Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien », mais il est hors de question que je laisse ceux qui savent moins que rien, décider pour moi !

Le magazine Guetteur de l’Aube avait également pour vocation d’informer son lectorat que nous entrions dans cette période de transition vibratoire qu’est la 4e Dimension (la 4D, où l’illusion est renforcée) en chemin vers la 5e Dimension (5D) de ce début d’ère du Verseau annoncé depuis la fin 19e siècle. Ce, en référence à la Précession des Equinoxes qui dans l’Antiquité rythmait la vie spirituelle

« C’était la religion du Sol Invictus, le soleil invaincu, inépuisable source de vie autour de laquelle gravitaient les dieux mineurs sous la forme des planètes, dont les trajectoires respectives étaient observées par les prêtres-astronomes des antiques civilisations du haut de leur pyramides et ziggourats. Alors que les cycles d’activité solaire sont à l’origine des températures terrestres, l’impact des alignements de planètes par addition de leurs forces gravitationnelles peuvent engendrer des soulèvements de la croûte terrestre, provoquant les séismes et les raz de marées dévastateurs. Au-delà du macrocosme terrestre, le microcosme humain étant sujet aux influences vibratoire-énergétiques des configurations planétaires et astrale, les éphémérides gravées sur une stèle datée d’environ 8000 avant J.-C. découverte en Mésopotamie révèlent l’importance de l’astrologie. Celle-ci est fondée sur la connaissance des cycles animant les astres et leurs planètes, ayant amené les prêtres-astronomes à devenir astrologues, voire devins, de par leur capacité à deviner les effets engendrés sur Terre par ces cycles. En s’imposant comme intermédiaires pour relier les hommes à leurs dieux, les antiques clergés donneront naissance à la religion selon son étymologie latine : religere. En élevant le regard de leurs congénères vers le Ciel et ses mystères dont ils devenaient les interprètes exclusifs, les clergés développeront leur pouvoir bien au-delà de ce qu’autorisait l’archaïque culte des ancêtres reliant directement l’ethnie ou le clan à son ancêtre fondateur, pour demander sa protection depuis l’au-delà.

L’empire romain allait quant à lui se doter à partir du Concile de Nicée en 325 d’une religion politique fondée sur la croyance en un nouveau dieu solaire transcendant tous les autres : Jésus-Christ, mourant puis ressuscitant tel le soleil au printemps. Ce qui l’identifiait aux dieux antiques morts et ressuscités, tel que Mithra ce dieu solaire né d’une vierge, mourant puis ressuscitant, dont le culte ramené de Perse par les légions s’était progressivement imposé à Rome. La cité du Vatican est construite sur un ancien temple dédié à Mithra. Par son fondement monothéiste et centralisateur le Christianisme fournira une colonne vertébrale religieuse à l’empire romain sur laquelle s’appuiera l’empereur.

Or, Arius proclama à Nicée en 325 que Jésus-Christ n’était pas Dieu, mais un être humain créé directement par Dieu. Jésus en tant qu’homme créé et mortel est éphémère comme tout être humain, contrairement à Dieu l’incréé, Esprit éternel, Source de toute vie et Énergie qui fait tourner les mondes. » Extrait du Prologue historique (p11-12) d’Eveilleurs de l’Aube #1 Remise en Question

La Précession des équinoxes et le New Age

« Deux-mille ans après J.-C., selon la Précession des Équinoxes s’achève l’ère des Poissons, qui était le symbole du Christianisme primitif avant que Rome impose sa croix aux branches inégales. Le symbole même du supplice de Jésus qui rappelle à titre dissuasif le sort promis aux rebelles… Cela n’a pas suffi d’ailleurs, car depuis il y a toujours eu des hérétiques, justement à l’image de Jésus !

La Précession des Equinoxes est ce grand cycle de 25 760 ans déclinant les constellations en sens inverse du déroulement de notre Zodiac, qui nous fait naître sous tel ou tel signe. Cette Grande Année de près de 26 000 ans en astronomie, était le fondement de la vie sociale et religieuse de l’Antiquité, car « Le monde et l’humanité sont influencés par des rayonnements cosmiques qui se déversent dans l’atmosphère par les constellations et les astres. Chaque période, qui obéit à des lois cycliques dues à la rotation perpétuelle des corps célestes, voit naître des formes d’organisation sociale qui sont la manifestation de ces rayonnements » comme l’explique si bien Antoine de Freyir, qui précise « Les ondes émanées de la constellation du Verseau poussent le monde au changement de civilisation, pour le meilleur comme pour le pire. » dans son article « Les cités libres de l’antiquité » paru dans la revue Carthage n°1, précisa Raskate en reposant son manuscrit A4 relié par une spirale pour maintenant joindre le geste à la parole. Et de son index gauche perçant entre les doigts de la boule formée par son poing droit figurant la Terre, il fit tourner vers la gauche cet axe incliné représentant l’axe terrestre, alors que son poing effectuait un mouvement de rotation vers la droite. – Pense à l’oscillation de la queue d’une toupie lorsqu’elle ralentit, elle tourne alors en sens inverse de la toupie… Ce cercle, que décrit l’oscillation de l’axe terrestre forme un cône, ou cycle de 25 760 ans. C’est cela qu’on appelle la Précession Axiale ou Précession des Equinoxes, découverte par Hipparque vers 130 av. J.-C.. Pour nous, depuis la Terre elle est rythmée par le changement de constellation en arrière-plan du lever de soleil lors de l’équinoxe de Printemps. Ce parcours de 25 760 ans, divisé en douze portions égales de 2146 ans, que l’on arrondi généralement à 2000 ans formant une ère, est connu depuis l’antiquité. C’est le grand cycle qui rythme notre système solaire et qui fondait les hautes civilisations antiques. Ainsi, les Egyptiens, les Sumériens, tout comme les Druides, rendaient hommage au Taureau de -4000 à -2000. Tu retrouves ces représentations du Taureau vénéré en Egypte, comme à Sumer ou en Irlande avec le Taureau Roux de Cuailnge. Puis à partir de -2000, les prêtres-astronomes observèrent que le lever de soleil de printemps s’effectuait avec la constellation du Bélier en arrière-plan du soleil, lors de l’équinoxe de Printemps. D’où le culte rendu au dieu Bélier Amon-Ra en Egypte et au dieu Ram en Irlande
(…)
La Précession des Equinoxes est le véritable calendrier de la Planète Bleue également désigné sous le vocable de Zodiac Héliocentrique, puisque centré sur le soleil. Quant à notre calendrier humain, il se décline suivant les mêmes constellations, centrées sur la Terre cette fois-ci, c’est le zodiac géocentrique. Allant dans le sens de rotation de la Terre, il décline les signes du Zodiac marquant successivement de leur empreinte énergétique le ciel de notre naissance. Ainsi, le signe du Bélier marque le début de l’année solaire le 21 mars suivi du signe du Taureau à partir du 21 avril, et ainsi de suite avec les 10 constellations suivantes.
(…)
Or, à propos du zodiac héliocentrique, au début 20e siècle un certain Dowling publia «L’Evangile du Verseau », nous révélant la vie cachée de Jésus qu’il aurait puisé dans les annales akashiques.» extrait du dialogue autour du feu de camp de Raskate avec Cédric de Montfort au pied du Mt Bugarach (p228-232) d’Eveilleurs de l’Aube #1 Remise en Question

Ce qui nous amène à réaliser que cela fait plus d’un siècle que l’on s’apprête à entrer dans l’ère du Verseau… Le New Age ne date donc pas de la fin des années 1960 avec les Hippies et la chanson Aquarius (Verseau, en Anglais) interprétée en Français par Julien Clerc et toute la troupe de la comédie musicale Hair.

D’où le texte inspirant du maître Omraam Mikhaël Aïvanhov « Le Verseau et l’Avènement de l’Âge d’Or » en ouverture de ce numéro 5 du Guetteur de l’Aube, dont je ne savais pas à sa parution en Janvier 2009 qu’il serait le dernier…

 

Au seuil du Nouvel Age la plandémie de Covid a testé notre esprit critique

Avant de pouvoir accéder à cet Age d’Or, notre libre-arbitre est mis à l’épreuve tel un test entre ceux dont l’âme est suffisamment mûre pour accompagner cette ascension vibratoire et ceux dont l’âme plus jeune souhaite continuer d’expérimenter la dualité, cette polarité blanc-noir, chaud-froid, Yin-Yang, propre à la 3e Dimension.

Il est nécessaire de préciser ici que la Terre est un organisme vivant dont la fréquence vibratoire fut mesurée par le physicien Schumann à 7,8 Hertz dans les 1950’s, ce qui est la fréquence de la molécule d’eau puisque la Terre est à 80% composée d’eau. Ainsi, la résonance de Schumann décrivant la mise en phase du macrocosme terrestre et du microcosme humain également à 80% composé d’eau se trouve localisée au niveau de la crosse de l’aorte, en bref la région du cœur.

Zone très précisément décrite par les Soufis comme l’emplacement des Lataif ou subtilités, ces organes psychiques de perception supersensorielle qu’active le maître soufi lors des initiations, lorsque par imposition des mains il transmet la vibration cosmique par la fontanelle ou chakra Coronal. Qui descend alors dans le canal subtil Sushumna parcourant la colonne vertébrale, alors que les serpents Ida et Pingala font monter (ou pas) l’énergie de la Kundalini depuis le sacrum ou chakra Sacré. Ces serpents subtils rappelant la double hélice de l’ADN s’entrelacent au niveau des chakras jusqu’au chakra Ajna entre les sourcils, où ils se font face au niveau de la glande pinéale désignée par René Descartes comme le siège de l’âme, alors que les Orientaux l’appellent 3e œil. Ce bâton sur lequel s’enroule symétriquement les deux serpents c’est le Caducée d’Hermès, qui est le messager des dieux…

Au milieu de la poitrine, les Lataif situés au niveau du chakra du cœur représentent les Sept Eléments de la Conscience Subtile, sur lesquels se concentrent les Soufis pour se connecter à l’Unique et atteindre l’extase…

Les Lataif représentent notre cœur spirituel, devant lequel nous joignons les mains en adoration, toutes religions confondues 🙂

Or, la résonance de Schumann a commencé de s’élever à partir de 1987 appelant à l’incarnation ici-bas des âmes de fréquence particulièrement élevées. Tel était l’objet de ce N°5 du Guetteur de l’Aube publié en janvier 2009, consacrant plusieurs articles à ces nouveaux enfants, les enfants Indigo, suivis des Cristal, puis Diamant, en fonction de la couleur dominante de leur aura.

Sachant que l’âme est aux commandes de notre destinée puisqu’elle coordonne l’esprit et le corps pour naviguer ici-bas, ceux dont l’âme ne peut supporter l’ascension vibratoire de la Terre en 5D quittent leur corps, victimes de l’exacerbation des tensions intérieures provoquée par cette élévation vibratoire observable durant la transition en 4D. Ce qui explique l’augmentation de la consommation d’anxyolytiques et d’antidépresseurs qui font la fortune de Big Pharma, au lieu de suivre une psychothérapie de type holistique prenant en compte la dimension spirituelle de l’individu, telles les psychothérapies transpersonnelles.

« Ce n’est pas une preuve de bonne santé mentale que d’être bien inséré dans une société profondément malade » Jiddu Krishnamurti

Ainsi, ceux qui ne peuvent supporter la montée vibratoire de la Terre la quittent pour se réincarner sur une planète de 3D où leur âme poursuivra son évolution, alors que ceux dont l’âme entraîne l’esprit vers une élévation de conscience demeurent sur Terre.

Or, la crise Covid par les injonctions contradictoires envoyées par les gouverne-ments, selon la technique des régimes totalitaires communistes (afin de faire disjoncter les esprits), a mis à rude épreuve l’esprit critique de chacun, effectuant ainsi un tri entre ceux qui se soumettent à la peur et ceux qui y résistent.

D’où l’actualité du discours d’Alexandre Soljenitsyne à l’université d’Harvard en juin 1978 :

« Le déclin du courage est peut-être ce qui frappe le plus un regard étranger dans l’Occident d’aujourd’hui. Le courage civique a déserté non seulement le monde occidental dans son ensemble, mais même chacun des pays qui le composent, chacun de ses gouvernements, chacun de ses partis, ainsi que, bien entendu, l’Organisation des Nations unies. Ce déclin du courage est particulièrement sensible dans la couche dirigeante et dans la couche intellectuelle dominante, d’où l’impression que le courage a déserté la société tout entière. Bien sûr, il y a encore beaucoup de courage individuel, mais ce ne sont pas ces gens-là qui donnent sa direction à la vie de la société. (…) Faut-il rappeler que le déclin du courage a toujours été considéré comme le signe avant-coureur de la fin ? »

https://www.youtube.com/watch?v=lcRRo7dD5Rc

Ce qui confirme à quel point cette traversée de la 4D caractérisée par l’amplification de l’illusion, la Maya décrite dans les textes védiques, procède de l’inversion des valeurs pour en arriver à nous faire croire que c’est pour notre santé que l’on devrait se faire injecter un poison sous la forme d’ARNm. Cet ARN messager allant modifier notre ADN, afin de détruire notre système de défense immunitaire pour le remplacer par une prétendue immunité au seul Covid 19, rendant ainsi nos organismes vulnérables à tous les agents pathogènes…

Ce qui amènerait à attribuer la mort à des maladies opportunes et non à l’injection d’ARNm !

Ceci apparaît un peu plus chaque jour comme l’aliénation de l’esprit au moyen de la rhétorique Covid, avec les « vaccins » imposée « pour le bien de tous », alors qu’il s’agit de la mise en place d’un projet diabolique. Ce, en recevant une satanique communion par absorption d’une injection mortifère, transformant les Terriens en OGM non-reproductibles et qui ne s’appartiennent plus puisque leur génome modifié appartient désormais à Pfizer, Moderna & Co ayant pour ambassadeur le « Philanthrope » Bill Gates, ici présenté sans masque : https://www.infovf.com/video/part-rencontrez-bill-gates-the-corbett-report–11612.html

Le neveu du président John F. Kennedy, l’avocat Robert Kennedy Jr., dont le père fut assassiné par les mêmes commanditaires que son oncle, souligne en ce début mars 2022 « Le bénéfice du « vaccin anti-covid est apparemment de 0 et en-dessous de 0 après 6 mois. (…) Votre risque de mourir d’une crise cardiaque à cause de ce vaccin, selon leurs propres études, est 500% plus élevé que si vous n’êtes pas vaccinés. Donc, ils savaient qu’ils allaient tuer beaucoup de gens, et ils l’ont fait quand même. »

La UK Health Agency Security confirme fin février 2022 qu’au cours du dernier mois  sur 10 morts du Covid, 9 étaient totalement vaccinés; et 4 triplement vaccinés sur 5 morts du Covid.

Ainsi, les thromboses et autres accidents cardiovasculaires induits par ces injections porteuses également d’Oxyde de Graphène (qui transforme leur porteur à la fois en antenne émettrice d’ondes pour le traçage, et en antenne réceptrice aux ondes 5G pour subir influence et manipulation) sont en train de semer le doute même chez les endormis, qui du coup se réveillent… 🙂

Il serait temps, car en date du 15 janvier 2022 la très officielle Agence Européenne de Médecine publiait dans le cadre de l’EudraVigilance les données suivantes à propos des réactions négatives aux injections anti COVID-19 : 37 927 morts et 3 392 632 blessures causés par les injections de MRNA Moderna (CX-024414), MRNA Pfizer-Biontech, Astrazeneca (CHASOX1 NCOV-19), Janssen (AD26.COV2.S).

D’où la portée de cette prophétie de Rudolf Steiner, le visionnaire fondateur de l’Anthroposophie également à l’origine des principes de l’agriculture BioDynamique (label Déméter).
Ainsi, Rudolf Steiner prophétisait en 1916 :

« Il ne faudra pas attendre longtemps après l’an 2000 pour que le monde ait à vivre des choses étranges. La plus grande partie de l’humanité sera sous l’influence de l’Ouest. On verra apparaître, venant d’Amérique, une sorte d’interdiction de penser, non pas directe mais indirecte, une loi qui aura pour but de réprimer toute pensée individuelle. On assistera à une nouvelle forme d’oppression généralisée de la pensée. »
Puis, dans les 1920’s:

Dans le futur, on éliminera l’âme par des médicaments.

Sous le prétexte d’un “point de vue sain”, on mettra au point un vaccin par lequel l’organisme humain sera traité, dès que possible, éventuellement directement à la naissance, afin que l’être humain ne puisse développer la pensée de l’existence de l’âme et de l’Esprit.

Aux (“médecins”) matérialistes sera confiée la tâche d’éliminer l’âme et l’esprit de l’humanité.

Comme aujourd’hui, on vaccine les gens contre telle ou telle maladie, ainsi à l’avenir, on vaccinera les enfants avec une substance qui pourra être produite précisément de telle sorte que les gens, grâce à cette vaccination, seront “immunisés ” d’être soumis à la “folie” de la vie spirituelle.

L’être humain deviendrait extrêmement intelligent mais ne développerait pas de conscience de l’esprit et c’est le véritable objectif de certains cercles matérialistes.

Avec un tel vaccin, vous pouvez facilement faire en sorte que le corps éthérique se détache du corps physique.

Une fois le corps éthérique détaché, la relation entre l’univers et le corps éthérique deviendrait extrêmement instable et l’homme deviendrait un automate, car le corps physique de l’homme doit être poli sur cette Terre par une volonté, sa volonté propre et libre, spirituelle.

Alors le vaccin imposera une forte nuisance ahrimanienne. L’homme ne pourra plus se débarrasser de l’emprise du matérialisme dans ses pensées et ressentis. Il deviendra matérialiste de constitution et ne pourra plus suivre une évolution spirituelle.” Rudolf Steiner (1861-1925)

Ceci contraste avec les prophéties auto-réalisées de « l’oracle » Jacques Attali chargé de la programmation des peuples. Tel Henry Kissinger aux US, ce conseiller spécial des présidents français rejoignais les coulisses du pouvoir avec l’arrivée du socialiste François Mitterrand en 1981. Jacques Attali marche main dans la main avec le milliardaire George Soros, dont la fondation Open Society est en pointe de l’organisation des révolutions colorées de par le monde.

« La propagande est l’art de persuader les autres d’une chose à laquelle on ne croit pas sois-même. » Abba Eban (1915-2002) diplomate et homme politique israélien

Soros finance tous les mouvements destructeurs de nos sociétés tels les ultra-fascistes Antifas, les castratrices Femen, les racistes de Black Lives Matter, et bien-sûr de l’invasion migratoire de l’Europe par les musulmans les plus archaïques (donc inassimilables) en tant que chevaux de Troie du Jihad.

« Quant à l’Islam, il ne reconnaît pas la séparation entre spirituel et temporel, ces deux pouvoirs étant soumis à l’impitoyable loi de la Charia, fondement de la constitution juridique musulmane encadrant l’esclavage et présentée comme la loi divine. De sorte que si l’on juge l’arbre à ses fruits, l’archaïque cruauté de la Charia à l’origine de l’arriération sociale et technologique des pays musulmans n’apparaît guère comme la manifestation du Divin…

Aussi, de nos jours la prolifération des mosquées et le développement de la nourriture Halal (propriété du business Casher) dans une Europe ouvrant ses frontières aux clandestins musulmans ne sont-ils pas les prémices du Jihad ?

D’où le rôle du Ministère de la Vérité relayé par ses serviles mass-média traitant de racistes et de conspirationnistes les sonneurs d’alerte. Alors que ces derniers, précisément parce qu’ils observent la conspiration usant du diviser pour mieux régner contre les peuples avertissent du risque de guerre civile. Celle-ci est voulue par la finance apatride appliquant la devise franc-maçonne Ordo ab chaos (l’ordre à partir du chaos), héritée du concept de « destruction créatrice » d’après la conception kabbaliste du Monde. Ce, afin de déclencher la guerre civile « au nom de la paix », pour justifier ensuite l’établissement de la dictature orwellienne du Nouvel Ordre Mondial… » Conclusion du Prologue historique d’Eveilleurs de l’Aube #1 Remise en Question (cf. mon roman-vérité en haut à droite de cette page d’accueil)

Lorsqu’en 2005 je concluais ma conférence « Le Dévoilement du Nouveau Paradigme » en posant la question : Jusqu’où faudra-t-il aller avant que les gens réagissent ? – j’étais loin d’imaginer que nous devrions en arriver à ce degré d’affaiblissement de nos sociétés occidentales, qui voient ainsi se retourner contre elles les « Droits de l’Homme » nés de l’humanisme d’essence chrétienne…

Concernant la plandémie Covid, gardons à l’esprit le « coup d’essai » de la grippe H1N1 en 2009, lorsque le président Sarkozy alla inaugurer une usine de fabrication de vaccins au Mexique d’où quelques mois plus tard allait débarquer le virus H1N1… Sarkozy avait alors délégué son conseiller spécial Jean Castex auprès de la ministre de la santé Roselyne Bachelot, ancienne salariée du labo Astra-Zeneca. C’est ainsi qu’avec seulement 10% des Français tombés dans le panneau de la peur menant à la vaccination et ses effets secondaires désastreux passés sous silence depuis 2009, devenu premier ministre, Castex conseillé par le cabinet Mc Kinsey amplifia la stratégie de la peur à partir de début 2020. Ce, au point de créer une psychose avec les mesures sanitaires face au « redoutable » Covid-19 dont nous savions au printemps 2020 qu’il avait tué moins que la grippe hivernale de 2017… Cependant, quand bien-même il était écrit sur les boites de masques jetables qu’ils laissaient passer les virus, le port du masque fut rendu obligatoire ! Alors que dans les wagons bondés du métro le virus était supposé absent, partout ailleurs s’imposaient les distances sanitaires et autres humiliations visant à tester le degré de soumission de la population. Mieux encore, ce virus Covid-19 justifiait la mise en place d’un couvre-feu à partir de 18h, laissant supposer par là que ce virus avait la particularité d’attendre 18h pour frapper, justifiant ainsi la verbalisation de 135€ des retardataires et des récalcitrants arrêtés dans les rues désertes ! N’était-ce pas plutôt pour éviter qu’au sortir du travail les gens partagent leurs doutes ?…

« Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leur âme » Nicolas Machiavel

Alors que les participants aux expériences de psychologie de groupes telle celle de Solomon Asch sur le conformisme en 1951 et celle de Stanley Milgram en 1967 sur la soumission à l’autorité employaient des cobayes humains volontaires et payés pour cela, avec le Covid-19 il s’agissait d’une expérience sur les populations sans leur consentement libre et éclairé. En violation flagrante du Code de Nuremberg issu des procès de Nuremberg de 1946-47 à la suite de la défaite de l’Allemagne nazie et exigeant « le consentement éclairé comme préalable absolu à la conduite de recherches mettant en jeu des sujets humains ».

En réalité une dizaine de textes de lois furent ainsi violés à la fois par l’expérience de psychologie de masse des « mesures sanitaires » menant à l’expérimentation médicale d’une nouvelle forme de « vaccination ». Faisant passer pour telle une stérilisation forcée par modification du génome dans le cas des injections ARNm produisant des humains OGM stériles. Sans oublier le traçage des injectés au moyen de l’Oxyde de Graphène servant d’antenne à la technologie 5G contenu dans tous les vaccins, même le Sputnik russe, et à fortiori le vaccin chinois pour achever le contrôle de la population…

Néanmoins, puisque ces « vaccins » sont encore en période de test ils demeurent soumis au protocole du double aveugle, soit en l’occurrence trois lots d’injections : N°1 Placébo ; N°2 virus fragmenté type vaccin anti-grippe classique ; N°3ARNm. Ce qui explique que tous les injectés ne soient pas impactés par les thromboses et autres pathologies pudiquement dénommées « effets secondaires »…

Avant de nous attaquer à la partie cachée de l’iceberg historique, respirons un coup 🙂

https://www.youtube.com/watch?v=fbqHK8i-HdA

 

Origine historique du clivage Gauche – Droite

Mais revenons à la manière dont le capitalisme de spéculation eut recours au concept de « démocratie » comme paravent à ses malversations, afin de comprendre comment nous en sommes arrivés à laisser une clique de criminels se faire passer pour la nouvelle « élite », en remplacement de l’aristocratie, littéralement le pouvoir –cratos- aux meilleurs –aristos- en Grec.

Pour mesurer comment fut implantée cette inversion des valeurs visant à nous retourner l’esprit comme une crêpe, il faut revenir sur la prétendue « Révolution française » et rappeler « les lourdes dépenses engagées par la France pour soutenir la guerre d’indépendance des colonies britanniques qui allaient former les futurs USA. Or ces dépenses n’apparaissaient pas dans les comptes présentés à Louis XVI par son Ministre des Finances qui n’était autre que Necker, un banquier genevois trop content de prêter de l’argent à la France, au détriment de celle-ci… »
(…)
C’est d’ailleurs en ce temps là qu’apparut le clivage Droite-Gauche. Sais-tu comment ? – C’était lié à la répartition des tendances, conservatrice ou progressiste, dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale ? – Oui, si ce n’est que cette divergence est survenue sur une question oubliée de tous, et qui change singulièrement la donne pour la Planète entière. Car tous les pays sont aujourd’hui divisés sur ce critère Droite-Gauche, ce qui est totalement absurde !
Il me faut d’abord te rappeler que depuis le 11e siècle nos rois de France réunissaient leur Conseil chargé de préparer les décisions du roi, et duquel étaient exclus les membres de la famille royale car enclins aux intrigues politiques. Ce conseil était constitué de laïcs et d’ecclésiastiques en plus de la noblesse. Et de manière ponctuelle, lorsque les circonstances l’imposaient, le roi convoquait les États Généraux formés des trois ordres : le Tiers-État, le Clergé et la Noblesse. Ainsi, le gouvernement par conseil était le principe fondateur de la gouvernance française, le roi étant garant de la loi et de son application en tant que chef de l’exécutif assisté de ses ministres. Avant le Jacobinisme triomphant issu de la Révolution, la France était un pays décentralisé et uni dont les corporations réglementaient les différents corps de métiers, alors que les parlements régionaux rendaient la justice au nom du roi tout en gérant les affaires locales. Sous l’Ancien Régime le pouvoir d’édicter les lois incombait à la Justice selon le principe du Droit Romain voulant qu’une bonne loi est une loi juste qui poursuit la justice. Or, quand bien-même la justice était rendue par les magistrats au nom du roi, celui-ci ne pouvait aucunement changer la loi héritée du Droit Romain et du Droit Coutumier. À la différence d’aujourd’hui, où le pouvoir politique interfère constamment avec la Justice.

Ainsi, les députés des États Généraux avaient été réunis à Versailles en mai 1789 par Louis XVI pour régler la crise financière. Le plus gros tiers des sièges était occupé par le Tiers État, et un plus petit était attribué au Clergé et enfin à la Noblesse. C’est le moment de souligner que le 14 juillet est une sanglante imposture historique, puisque la Bastille ne renfermait plus de prisonniers politique mais seulement un escroc sur le point de se faire lyncher qui était venu s’y réfugier et un jeune aristocrate dément enfermé aux frais de sa famille car il était dangereux. Le gouverneur de la Bastille repoussa tout d’abord par les armes un premier assaut de la foule parisienne équipée d’armes à feu volées à l’armurerie des Invalides. Puis après qu’il lui ait été promis qu’il n’y aurait pas de violences, il accepta d’ouvrir les portes pour vérifier l’absence de prisonniers d’opinion. Résultat : les quelques anciens combattants chargés de l’entretien de la forteresse de la Bastille furent massacrés, et la tête du gouverneur de Launay fut exhibée en trophée au bout d’une pique à travers Paris ! – Ce n’est pas du tout ce que j’ai appris à l’école… – Et pour cause, la Franc-Maçonnerie ayant remplacé la religion catholique au sein du corps enseignant depuis la Révolution, comme d’habitude l’Histoire fut totalement ré-écrite par les vainqueurs ! La Bastille n’était plus le symbole du pouvoir royal « embastillant » les opposants politiques et n’hébergeait plus que les aliénés, tel le Marquis de Sade.
(…)
Une fois rassemblés, les États Généraux s’étaient eux-mêmes érigés en Assemblée Nationale permanente dés le mois de Juin 1789, pour ensuite se proclamer Assemblée Nationale Constituante. Or, cette Assemblée Constituante se réunissait pour préparer la Constitution dans une salle de forme allongée où siégeaient les représentants dans deux tribunes se faisant face. Et voici comment fut institué le clivage Gauche-Droite : suite à la nuit du 4 août 1789 où furent abolis les privilèges de la Noblesse, en septembre l’Assemblée est divisée sur la question du droit de véto du Roi, ce dernier étant considéré comme au-dessus des querelles des différentes factions opposant les révolutionnaires au sein de l’Assemblée. Pour faciliter les choses, il est donc décidé que les partisans du maintien du droit de véto du roi se placent dans la tribune de droite, alors que les opposants à l’arbitrage royal se placent dans la tribune à gauche du président de l’assemblée. La tribune de droite veut une monarchie parlementaire, partageant le pouvoir entre l’Assemblée Législative chargée de faire les lois et le Roi demeure en charge du pouvoir exécutif, alors que la tribune de gauche exige que le pouvoir incombe à l’Assemblée et à elle seule.

C’est ainsi qu’en septembre 1789 ces représentants ne se répartissent plus selon leur appartenance au Tiers État, à la Noblesse ou au Clergé mais selon ce critère naissant de tribune de gauche et tribune de droite. Ce jour de septembre 1789 la tribune de droite fut la plus remplie et l’emporta, ce qui maintint le droit de véto du roi. Mais deux ans plus tard, la tribune de gauche l’emportera par son nombre d’occupants pour soumettre le roi à la 1ère Constitution, imposant une monarchie constitutionnelle de type britannique. Ainsi naquit le clivage Gauche-Droite en politique ! » dialogue entre le commandant Gaétan de Montfort et son neveu Cédric (p55 à 60) extrait d’Eveilleurs de l’Aube #1 Remise en Question

 

Pas de révolution en 1789 à Paris, mais un coup d’état contre la monarchie Bourbon

Cette Révolution n’avait rien de française puisqu’il s’agissait d’un coup d’état mené par les banquiers de la City Of London, relayé par les loges maçonnes britanniques qui instrumentaient les Jacobins via la loge du Grand Orient de Paris dirigée par le Duc d’Orléans, cousin de Louis XVI.

« De plus, Louis XVI fut contraint d’abandonner son titre de Roi de France, pour celui plus modeste de Roi des Français. – Mais, pour autant que je sache, Victoria n’était-elle pas Reine du Royaume Uni, du Canada et d’Australie, et Impératrice des Indes à la tête de l’Empire Britannique ? – La réponse est dans la question, mon cher neveu, ce qui en dit long sur la supercherie révolutionnaire téléguidée par Londres ! De plus, laisse-moi ajouter que la Reine use de son droit de véto plusieurs fois par an… Puis, la Gauche bien instrumentée par la City of London fera monter la colère des Parisiens se sentant abandonnés par le roi, qu’ils feront revenir à Paris au Palais des Tuileries, ce qui mènera au massacre des Gardes Suisses des Tuileries par la foule parisienne le 10 août 1792, consacrant ainsi la victoire de la Gauche. Alors, Louis XVI conscient de ce coup d’état britannique fera appel aux Habsbourg, la famille de Marie-Antoinette, pour libérer la France qui sombrait dans l’anarchie. Présenté par Robespierre et ses révolutionnaires jacobins comme une invasion de la France par une armée étrangère, Louis XVI fut aussitôt destitué, puis guillotiné le 21 Janvier 1793. Ce qui ouvrit la voie à une domination du commerce anglo-protestant battant en brèche l’idéal chevaleresque catholique, pour affirmer l’emprise de la finance fondée sur la vision mercantile.

C’est ainsi que l’argent en tant que moyen est devenu une fin, alors que nous savons précisément que l’argent provoque une faim sans fin, car jamais rassasiée !

L’économie libérale apparut en France avec les Lumières sous l’influence des Physiocrates menés par le Dr. François Quesnay, un médecin devenu économiste vers 1750 en voulant appliquer au corps social l’auto-régulation du fonctionnement du corps humain. Cette théorie fondée sur la vision d’un équilibre économique naturel négligeait l’appât du gain, la cupidité, qui s’est ainsi vue encouragée à l’encontre des principes catholiques. C’est là qu’intervient le jeune Pierre-Samuel Du Pont de Nemours, qui deviendra le fondateur de la branche américaine à l’origine de la révolution textile du Nylon depuis 1935. Ce Parisien, ayant commencé des études de médecine, qu’il abandonna pour l’économie en devenant le protégé du Dr. Quesnay, était à l’aise avec l’argent en tant que protestant. Contrairement à la noblesse catholique à laquelle le commerce et la recherche du profit financier étaient strictement interdits depuis les origines de la chevalerie au Moyen-Âge. Le Dr. Quesnay était le médecin de la Marquise de Pompadour, maîtresse de Louis XV dont il obtint alors l’attention. C’est ainsi que le Dr. Quesnay devint le conseiller du roi, qu’il contamina avec ses théories physiocrates, engendrant alors des disettes nées de la spéculation sur le blé à des fins de profit totalement immorales. L’historienne Marion Sigaut souligne que, contrairement au roi garant du prix du blé pour s’assurer que son peuple ne souffre pas de la faim, ces marchands sans scrupules s’enrichirent en exportant du grain vers l’étranger. Ce qui en faisant baisser les réserves de grain en France fera grimper le cours du blé lors du règne de Louis XVI, sous l’influence de son ministre Turgot un ardent Physiocrate. Avec Du Pont de Nemours ils prônaient l’abaissement des taxes et la libre-circulation entre les nations, ce qui inspira l’écossais Adam Smith considéré comme le père du libéralisme. De sorte qu’aujourd’hui, les traités internationaux de libre-échange genre TAFTA et CETA permettent à des multinationales de faire condamner à de lourdes amendes les états qui voudraient protéger leur économie, et par là défendre leur population. Toute cette tragédie parce qu’avant la remise en question des théories Physiocrates en France, le libéralisme économique avait déjà pris son envol de Grande Bretagne pour les jeunes USA…

Pendant ce temps en France, comme je te le disais, des conditions climatiques désastreuses avaient engendré une vraie famine que le manque de réserves de blé vendu à l’étranger ne pouvait plus compenser. D’où les manifestations populaires rappelant le roi à ses devoir de protection du peuple. Or, Louis XVI manquait de poigne, et sa bonté naturelle est révélée par sa touchante lettre d’adieu à ses jeunes enfants qui ne lui survivront guère. Cette lettre rédigée juste avant de monter sur l’échafaud, et dans laquelle il pardonnait à ses ennemis auxquels il n’avait causé aucun préjudice, démontre qu’il était peu enclin à voir le mal, ce qui bien sûr le rendait vulnérable… En fait, Louis XVI ignorait que ceux qui s’accaparaient le blé pour en faire grimper le cours étaient précisément des spéculateurs amis de son cousin le Duc d’Orléans, auquel les Anglais promettait le pouvoir s’il suivait leur plan pour le détrôner. Le mal étant fait, le peuple perdait confiance en son roi pris par la vie de cour à Versailles. Tu comprends donc comment Londres, en manipulant la loge du Grand Orient chargée de souffler sur les braises du mécontentement populaire, est parvenue à renverser la monarchie française. La noblesse fut alors désignée par les révolutionnaires, non pas pour ses méfaits car la justice royale ne la ménageait pas puisqu’elle devait donner l’exemple, mais en tant que force réactionnaire qu’il fallait anéantir. Ce, non seulement comme soutien du roi, mais surtout parce que les nobles en tant que guerriers étaient armés et représentaient une menace pour les révolutionnaires, dont la Terreur allait mener la France au précipice dès 1789.

Sans le général Bonaparte, mettant un terme au Directoire pour prendre la tête du Consulat avant de devenir Empereur, la France aurait continué de se disloquer. »
(…)
Napoléon avait raison de dire que “L’Histoire fut toujours écrite par les vainqueurs”. Et c’est précisément parce que toi et moi nous descendons de ceux qui se firent trancher la tête durant la Révolution, que nous devons témoigner à quel point cette révolution amorça en réalité la prise de pouvoir des banquiers à travers leurs hommes de paille, tout en nous faisant croire le contraire. C’est ainsi que de manière de plus en plus évidente fut imposée la dictature de l’argent, en la faisant passer pour la démocratie… » dialogue entre le commandant Gaétan de Montfort et son neveu Cédric (p60 à 63) extrait d’Eveilleurs de l’Aube #1 Remise en Question

Page suivante >  

Les commentaires sont fermés.